top of page
Première partie: Bouleversement

 

 Chapitre 1

 

Alter Monde, pays de Nelbri

 

Le projectile siffla aux oreilles d’Altrïos et alla se ficher avec un bruit mat dans le tronc d’arbre voisin. Il l’avait évité de justesse. Sa respiration s’accéléra. Sans perdre une minute, il reprit sa course dans la forêt.

Bien sûr, il savait dès le départ que cette mission était risquée. Depuis que la guerre avait éclaté entre Nelbri et Roslend, les patrouilles nelbriennes avaient doublé de fréquence le long de la côte. Traverser la mer des sables ondulants était le moyen le plus direct pour les Roslendiens de s’introduire en Nelbri. Altrïos n’était pas le premier à tenter l’aventure. D’autres espions avant lui étaient passés par là. Mais ils s’étaient fait prendre ou étaient revenus bredouilles. Alors Altrïos avait décidé de se charger lui-même de cette mission de la plus haute importance. Il était maître espion, et ses particularités physiques lui permettaient de réussir là où tant d’autres échouaient. Du moins, c’est ce qu’il avait cru jusqu’alors.

Une nouvelle flèche fendit l’air. Son ouïe exceptionnelle, une fois encore, lui sauva la mise. Il effectua une série de roulés-boulés fluides et rampa dans un fourré pour reprendre son souffle.

Et réfléchir.

La mission avait très mal tourné. Les codes qu’il était censé récupérer étaient tombés dans les eaux boueuses du fleuve avec son contact. Ce dernier n’était qu’à une dizaine de mètres de lui lorsqu’il avait vu ses yeux s’écarquiller tout grand. Un javelot venait de lui transpercer le thorax et il avait titubé en silence avant de basculer par-dessus la rambarde du pont. Inutile de chercher à lui porter secours ou à récupérer les précieux codes : des cris et des coups de sifflet avaient retenti dans la nuit, tout proches. Alors il avait tourné les talons et couru à toute vitesse en direction de la forêt, sous une pluie de carreaux d’arbalète.

Était-ce la faute à une trahison ou à un manque de chance ? Peut-être ne le saurait-il jamais. Ce qui était incroyable cependant, c’était que les archers nelbriens puissent encore le repérer dans l’obscurité de cette nuit sans lune. Altrïos n’avait rien laissé au hasard lors de sa préparation : vêtements sombres, visage et cheveux teints en noir, il n’aurait dû être qu’une ombre parmi les ombres. Seule note de couleur : ses iris rouges qui se détachaient comme deux pierres précieuses sur le blanc de ses yeux. Des yeux qui lui permettaient de voir de nuit comme en plein jour. Des yeux d’Albin.

Une douleur à l’épaule lui rappela soudain qu’il avait chuté dans les rochers quelques instants plus tôt. Un coup d’œil à son dos lui fit comprendre ce qui l’empêchait de passer inaperçu : Sa tunique s’était déchirée sur une bonne trentaine de centimètres, laissant apparaître une coupure sur une peau si blanche qu’elle paraissait luire dans la nuit. C’était une invitation au tir. Malgré la souffrance, Altrïos pressa la plaie pour barbouiller de sang son épiderme. Puis, tandis que des cris et des ordres résonnaient dans son dos, il reprit sa course folle. Bientôt, il regagna confiance. Désormais privés de cible visible, ses poursuivants se retrouvaient tributaires de torches peu performantes pour retrouver sa trace.

Très vite, les archers nelbriens se virent contraints d’arrêter la poursuite. Mais les gardes-waskis vinrent prendre le relais, accompagnés de leurs bêtes, déjà excitées à l’idée de cette chasse à l’homme. Il n’y avait sur la planète aucun autre animal capable de pister un fuyard comme les waskis. Leur odorat décelait tout.

Sans perdre un instant, les animaux collèrent leur énorme museau au sol à la recherche de la moindre odeur, du plus infime effluve. Leurs reniflements zélés résonnaient dans la nuit. Mais au lieu de rugir et de se précipiter dans une direction précise, ils reniflaient de-ci de-là, avançant, reculant, se percutant l’un l’autre. Ils commencèrent à s’énerver et à tourner en rond, pleins d’agressivité. Rien, il n’y avait rien à détecter. Leurs courtes queues hérissées de pics battaient l’air furieusement. De frustration, ils semblaient prêts à s’en prendre à leurs maîtres qui les avaient réveillés pour une chasse sans proie. Quelques coups de fouet parvinrent à les contenir, mais leurs yeux jaunes plissés restaient assoiffés de sang.

– Laissez tomber, les gars ! constata un garde, ça ne sert à rien de lâcher les waskis, ils ne trouvent pas de piste.

– Pas de piste ? s’étonna un soldat.

Comprenant alors à qui ils avaient affaire, un autre s’exclama :

– Un Albin ! Un sans-odeur ! Il n’y a que ces anomalies de la nature qui puissent mettre en échec un waski !

Des jurons de colère s’élevèrent. Fou de rage, un garde-waski hurla en direction de la forêt :

– Cours, sale blafard, cours ! Tôt ou tard, on l’aura ta peau blanche !

Bien que déjà loin, Altrïos entendit clairement la menace. Elle ne l’inquiéta pas vraiment, même s’il connaissait les cruelles mesures de rétorsion que le Brac Marquel, le chef suprême de Nelbri, faisait subir aux Albins. Ses yeux pourpres percevant les moindres obstacles du terrain, il accéléra encore sa course. Désormais, il ne craignait plus pour sa vie, mais pour celle du rebelle qui devait l’assister dans quelques minutes. Pourvu qu’il n’ait pas eu la même malchance que son contact, pourvu qu’il ne soit pas tombé sur une patrouille trop zélée !

À peine essoufflé, il s’arrêta lorsqu’il pensa être en sécurité. La nuit était redevenue sereine. Il n’en percevait plus que les mille et un bruits habituels. Alors il sortit de sa poche une petite barre de pâte souple qu’il enfourna dans sa bouche. Il la mastiqua un instant avant de la placer entre ses dents et de souffler doucement. Une bulle bleu fluo se mit à grossir jusqu’à ce que ses parois deviennent translucides. Altrïos ouvrit ses lèvres et la sphère s’éleva. À une certaine altitude, elle éclata sans bruit, libérant une série d’infrasons inaudibles pour le commun des mortels. Aux aguets, le fuyard attendit. Il commençait à craindre le pire quand la réponse lui parvint par le même moyen. La voie était sécurisée. Soulagé, il reprit sa course jusqu’au sentier escarpé qui donnait accès à la mer des sables ondulants. Les premières lueurs de l’aube faisaient reculer l’obscurité quand il arriva en haut de la falaise. Bien plus bas, des vagues couleur d’or s’écrasaient sur les rochers, projetant des gerbes de sable à chaque impact. Sur la gauche, une petite crique à l’abri des vents rendait à marée basse l’accostage possible. Un homme dissimulé par une cape sombre l’attendait. Le rebelle, malgré le danger, était fidèle au poste. Sans plus tarder, Altrïos dévala le sentier.

– C’est la marée montante, annonça l’homme à son arrivée, Il faut faire vite. Les otariens des sables s’impatientent, ajouta-t-il d’une voix tendue.

D’un signe de tête, Altrïos acquiesça. Les otariens des sables, qui se déplaçaient avec autant d’aisance dans la mer des sables ondulants que sur les sables terrestres, formaient un attelage idéal pour le trajet qu’il devait parcourir, mais leur tempérament nerveux leur faisait détester toute attente.

Altrïos sauta sur la plateforme. Debout face au levant, il saisit les rênes qui lui permettraient de diriger les deux animaux. Grâce à cet équipage, il rejoindrait Roslend-ville directement.

Calmant les bêtes d’un sifflement bref, il se tourna vers le rebelle.

– Merci, dit-il, je sais les risques que tu prends.

L’autre haussa les épaules.

– Ça ne peut guère être pire, commenta-t-il d’une voix amère.

D’un mouvement de tête, il fit tomber sa capuche. Ses cheveux, ses sourcils, ses cils, tous avaient disparu, brûlés. Des cicatrices boursouflées les avaient remplacés. Mais il y avait pire. À l’endroit où l’œil gauche du rebelle aurait dû se situer, ne se trouvait plus qu’une crevasse vide. Altrïos ne put retenir un sursaut d’horreur.

– Que t’est-il arrivé ? On t’a dénoncé ?

– Même pas. Ce n’est plus nécessaire. Ils estiment que nos yeux sont contre nature, que l’acuité de notre vision nocturne reflète la noirceur de nos âmes. Alors, pour rétablir l’équilibre avec les gens « sains », ils ne nous en laissent plus qu’un. On se demande quand ils vont décider de s’en prendre à nos tympans.

L’homme recouvrit sa tête et largua les amarres.

– Attention aux courants, prévint-il, la mer des sables ondulants est traîtresse.

Altrïos acquiesça d’un bref signe de tête. Il avait préféré garder le silence, de peur que sa voix ne se brise. Il fallait impérativement arrêter les Nelbriens au plus vite. L’urgence devenait chaque jour plus pressante. D’un mouvement preste, il donna aux rênes une impulsion nette et précise. Aussitôt les otariens, les moustaches frémissantes, plongèrent leur tête chauve dans les vagues de sable que le soleil levant faisait déjà scintiller de mille feux. Leurs corps lisses et rosés, dans un ensemble parfait, entamèrent avec ardeur leur déplacement sinusoïdal.

Une longue traversée les attendait.

 

 

 

 

Chapitre 2

 

Ego Monde, Londres, Jeudi 6 septembre 1940, 19 h 45

 

La balle siffla aux oreilles de Lucan.

Il sursauta. Il ne l’avait pas vue venir. La fatigue diminuait ses réflexes et le sang qui s’écoulait de son arcade brouillait son champ de vision. Des hurlements de colère retentirent. Il s’était mis dans une sale situation, mais le temps n’était pas aux regrets. Il bondit en avant. Oubliant l’épuisement et la douleur irradiant son épaule, il se mit à courir à perdre haleine. On comptait sur lui, on lui avait fait confiance. Les cris de la foule montaient de toute part mais il les ignora. Son instinct lui soufflait les gestes qu’il avait à accomplir. Dans sa tête, le compte à rebours était lancé. 20… 19… 18… Ne pas perdre de vue son objectif. 13… 12… 11… L’étau se resserrait. Cela allait être juste. Très très juste. 8… 7… 6…

– Laisse, Kid, elle est pour moi !

La voix venait de derrière. Lucan fut ébranlé par ce ton péremptoire. Il retint son geste pour jeter un coup d’œil par-dessus son épaule. Son adversaire en profita pour récupérer la balle échouée au sol et la frapper en touche de toutes ses forces.

3… 2…1… Une clameur sauvage explosa.

Le double coup de sifflet de l’arbitre officialisa la sortie de balle, la fin du match de hurling, et par là-même, le score final : 18-18. L’équipe de Lucan, les Kilburn Celtics, venait de concéder le nul face aux Wild Shamrocks. L’adolescent, bouche bée, fixait le résultat affiché sur le panneau en bois.

Son équipe avait mené jusqu’à la blessure au genou de son attaquant fétiche. Lucan avait alors quitté le banc des remplaçants et pris le relais. La pression de l’équipe adverse s’était aussitôt portée sur lui. Bousculades et intimidations avaient réussi à lui faire perdre des balles qui auraient dû être décisives. Mais il avait réagi et s’était défendu bec et ongles, marquant même un goal de 3 points… Jusqu’à ce que ce joueur des Shamrocks le piège si déloyalement : « Kid » était le surnom qu’on lui donnait dans l’équipe en raison de son jeune âge. À seulement quatorze ans, il avait été surclassé et jouait en équipe senior en raison de son talent exceptionnel. En s’entendant interpeller ainsi, il avait cru qu’un de ses équipiers lui demandait de lui laisser la balle afin d’assurer la victoire.

Une tape dans le dos le fit se retourner. Lucan reconnut aussitôt le joueur qui venait de lui voler la balle.

– Sans rancune, gamin ? demanda le joueur des Wild Shamrocks.

Sourire goguenard aux lèvres, il semblait fier de son coup.

Lucan se raidit.

– Ce n’était pas fair play !

– Y a pas à dire, ricana l’homme, t’es encore un gamin ! T’en verras d’autres, crois-moi, et des plus rudes !

À la fois furieux et troublé, Lucan se dirigea piteusement vers les vestiaires, sa crosse sur l’épaule. Il n’alla pas très loin avant que Pat Connely, son entraîneur, le repère.

– Sondran ! Ne te tire pas si vite ! hurla-t-il de sa voix de stentor.

À contrecœur, Lucan obliqua vers le géant à demi chauve. Il aurait préféré disparaître au plus vite.

– Eh bien, t’en fais une tête, Kid ! déclara Connely avec son accent pointu d’Irlandais. À croire que tu viens d’enterrer père et mère !

Lucan ne prit pas la peine de lui faire remarquer qu’il avait perdu ses parents depuis longtemps. L’entraîneur était parfaitement au courant mais ne s’embarrassait guère de ce genre de détail.

Le garçon finit par articuler :

– J’ai tout fait foirer.

– Tu te surestimes, Kid, tu n’étais pas tout seul sur le terrain…

 Pat Connely le saisit par l’épaule et le garçon ne put s’empêcher de grimacer de douleur. Il avait reçu un vigoureux tampon sur cette même articulation pendant le match, mais garda le silence. Le hurling, sport gaélique préféré des Irlandais émigrés en Grande-Bretagne, n’était pas fait pour les douillets. Entre les joueurs, les chocs étaient rudes, les collisions brutales, l’engagement sauvage.

– … et c’est moi qui ai décidé de te surclasser pour ce match. Tu n’as que quatorze ans, même si tu es drôlement costaud pour ton âge.

– Quand même, j’aurais jamais dû rater ces tirs.

Il préféra passer sous silence l’épisode qui avait eu lieu pendant les dernières secondes du match. Il avait trop honte.

– Tout le monde doit faire ses armes. Et puis, rien n’est perdu. Il faudra seulement veiller à ne pas perdre le replay. !

– Je crois qu’il vaudrait mieux que je ne joue pas la prochaine fois, grommela Lucan.

L’entraîneur leva les yeux au ciel et le relâcha… avant de lui asséner une affectueuse bourrade dans la zone douloureuse. Lucan serra les dents.

– T’es de l’étoffe des champions, Kid, que tu le veuilles ou non.

 

 

Alors que Lucan, un peu rasséréné, se dirigeait vers les vestiaires, une sirène se mit soudain à mugir. Il se figea. Les bombardiers allemands étaient de nouveau de sortie.

– Aux abris ! vite ! s’écria une voix.

Comme des diables sortant de leur boîte, les joueurs de hurling, à des stades d’habillement plus ou moins avancés, se ruèrent hors des vestiaires. Lucan leur emboîta le pas et partit en courant dans les couloirs. Il allait s’engager dans l’escalier qui menait aux caves quand il s’arrêta brusquement.

– Catriona ! s’exclama-t-il en se frappant le front.

Il lui avait donné rendez-vous à la sortie des vestiaires. La connaissant, elle risquait bien, malgré le danger, de l’y attendre pour être sûre de ne pas le manquer. Sous le mugissement des sirènes, il repartit à la course en sens opposé et arriva bientôt dans le hall d’entrée. À cette heure-ci, il aurait dû grouiller de monde mais il était complètement désert. Cela inquiéta Lucan plus encore que les plaintes de la sirène. Il se précipita pour déverrouiller la porte.

– Ah, enfin ! J’ai cru que tu allais me faire faux bond ! l’accusa une voix claire.

– Je n’oserais pas ! J’aurais bien trop peur des conséquences !

– Et avec raison, mon grand !

Le regard d’ambre de Catriona pétillait.

Elle adorait le taquiner et il le lui rendait bien.

– Quand même ! reprit-il plus sérieusement, Tu es vraiment folle ! Tu n’entends pas l’alarme ? Tu aurais dû courir vers un abri !

– Je ne suis pas du style à me défiler, moi ! dit-elle avant d’admettre : et puis, je ne voulais pas que tu en profites pour te tirer ! J’ai pas mal de commentaires à te faire sur ta prestation !

Lucan leva les yeux au ciel. Sans chercher à argumenter, il la tira à l’intérieur et s’élança pour courir vers les caves.

– Hé ! Attends-moi ! cria Catriona en secouant ses courtes boucles rousses.

Il ne ralentit même pas. Malgré sa petite taille, il savait qu’elle pouvait être presque aussi rapide que lui. Ils étaient à peine arrivés devant la porte des caves qu’elle reprit :

– Alors d’abord, tu n’aurais jamais dû rester autant en arrière. C’est pas en la jouant « plan-plan » qu’on gagne un match. Bon, ton sprint de remontée après leur 15e point était à peu près correct. Tu as réussi à garder la balle en équilibre sur ta crosse sur presque 60 mètres avant de la frapper de manière tout à fait acceptable.

Au fur et à mesure qu’elle parlait, elle ouvrait les doigts de sa main pour comptabiliser les actions et ne rien oublier. Lucan ne chercha pas à la faire taire. Une fois qu’elle était lancée, le mieux était d’attendre la fin.

– Bien sûr, le pire instant de tous, c’est quand tu as laissé la balle te passer sous le nez à la 69e minute. Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon je serais en train de pleurer sur ta tombe. Ou pas… Je ne suis pas sûre qu’après une telle action tu aurais été digne de mes larmes…

Elle fit une pause théâtrale avant de poursuivre :

– Mais à la soixante-dixième… ! Quelle apocalyptique CONNERIE tu nous as faite ! Oh mes aïeux, j’ai cru que j’allais tomber dans les pommes. Tu l’avais, cette balle, bon sang ! Pourquoi as-tu ralenti ? Tu tenais le match entre tes mains et tu as offert le nul aux Wild shamerocks !

Elle lui décocha un dynamique coup de poing dans l’épaule. Cette fois, Lucan ne chercha pas à masquer sa douleur. Il n’avait jamais rien caché à Catriona. Et puis un peu de diversion était bienvenue… Catriona avait vraiment l’œil trop acéré !

– Doucement, gémit-il, j’ai l’épaule à moitié démise. Le défenseur des Shamrocks me l’a défoncée.

– Oups, désolée, c’est vrai que tu as une sale gueule ! Tout ce sang à l’arcade sourcilière, ça fait pas mal désordre. Enfin, encore une chance que tu t’en sortes sans points de suture. Ma mère aurait râlé.

Le fracas d’une explosion les ramena à l’urgence du moment. Lucan poussa Catriona dans le cagibi sombre avant de tirer le battant derrière lui.

– C’est drôlement petit, se plaignit Catriona, t’aurais pas pu trouver un endroit plus confortable ?

– Si, mais à l’heure qu’il est, il est rempli d’hommes à moitié nus ! rétorqua Lucan non sans malice.

Avec une intense satisfaction, il constata qu’il avait réussi à avoir le dernier mot. Et bien qu’ils soient plongés dans le noir, il aurait parié que le teint de porcelaine de son amie avait viré à l’écarlate. Catriona avait beau être un garçon manqué, certains sujets continuaient de l’embarrasser terriblement.

Mais bien sûr, même soumise à la pire des tortures, elle ne l’avouerait jamais…

 

 

 

 

Chapitre 3

 

Alter Monde, pays de Roslend, jour 3e du mois des rivières, 12e heure

 

Altrïos parqua son attelage à l’ombre d’un bosquet et sauta à terre. Il avait poussé les otariens au maximum de leurs possibilités pour informer l’Immuable au plus vite. Les bêtes étaient luisantes de sueur mais n’avaient donné aucun signe de faiblesse. Elles avaient franchi avec le même zèle la mer des sables et les zones désertiques qui entouraient Roslend, la luxuriante capitale du pays du même nom. Tandis qu’elles se désaltéraient et s’ébrouaient avec délice, il s’engagea sous les frondaisons. Il accéda rapidement à une des entrées secrètes du palais. Sans perdre de temps à se changer, il traversa d’un pas pressé un quartier du château que plus personne ne fréquentait depuis longtemps. Il bifurqua sur la droite et déboucha sur un jardin aux mille senteurs. Le doux gazouillis d’une fontaine associé au parfum des fleurs apaisa un instant son âme tourmentée, mais il ne s’attarda pas. Le soleil, déjà haut dans le ciel, commençait à devenir trop lumineux pour ses yeux sensibles. Il contourna le petit parc verdoyant par une galerie ombragée et ouvrit une porte de verre finement dentelé. Il était désormais dans les appartements privés de la famille de l’Arkhaz. Comme à chaque fois qu’il pénétrait en ces lieux, son cœur se serra. Depuis tant d’années déjà il n’y avait plus d’Arkhaz pour régner sur Roslend ! Sans dirigeant légitime à sa tête, le pays était comme orphelin. Bien sûr, l’Immuable faisait ce qu’il pouvait pour tenir la barre, mais son rôle officiel était de conseiller et non de diriger. Le regard d’Altrïos balaya la pièce. L’épaisse couche de poussière brune qui recouvrait les meubles témoignait du temps écoulé depuis que le dernier Arkhaz avait habité ces lieux.

– Sois le bienvenu au palais, Altrïos ! Je suis content de te revoir sain et sauf.

Encore partiellement ébloui par le soleil de l’extérieur, Altrïos n’avait pas remarqué l’homme qui se tenait dans un coin de la pièce. Jeune et grand, drapé dans une longue tunique azur aux parements dorés, il le fixait d’un regard altier. Ses cheveux blonds étaient retenus en arrière par un cercle d’or qui lui enserrait le front. Oui, Xélion était beau. Et il avait été un temps où il utilisait cet atout sans vergogne auprès des femmes.

L’espion le salua avec respect en inclinant le buste.

– Je suis heureux de voir que l’Immuable se porte bien.

Xélion retint un geste de contrariété. Il préférait nettement qu’Altrïos l’appelle par son prénom. Mais le maître espion était un acharné du protocole.

– Il se porterait mieux si les nouvelles étaient meilleures, finit-il par avouer, le Brac Marquel envoie ses escadrons dévaster la région. Cet homme a juré notre perte. Les attaques de Volants détruisent les récoltes et les blessés se comptent par centaines. Nos catapultes sont insuffisantes pour assurer notre défense. Mais assez parlé de ça, maintenant. Dis-moi plutôt : qu’as-tu découvert ?

– De bien mauvaises choses, Immuable. Les attaques de Volants ne sont qu’un avant-goût de ce que prévoit le Brac Marquel. Un débarquement sur nos terres est en préparation. Malheureusement, mon informateur a été tué avant de me remettre les codes permettant le décryptage des messages que nous parvenons à intercepter. Nous n’avons donc aucun moyen de prévenir ces attaques.

L’Immuable accusa le coup.

– Bien, dit-il cyniquement, je crois que le temps est venu que je donne ma démission et que j’aille voir ailleurs si le soleil m’est plus favorable !

Altrïos ne broncha pas. Il connaissait l’Immuable depuis bien trop longtemps pour se laisser impressionner par ses remarques parfois quelque peu… indignes de sa position.

Son absence de réaction sembla décevoir Xélion.

– Tu pourrais au moins faire semblant d’être choqué ! lança-t-il.

– L’Immuable conseille avec sagesse, répliqua Altrïos en esquissant un sourire, Il montre la voie.

– Exactement ! s’emporta l’Immuable avec une soudaine exaspération, mais il n’est pas là pour prendre des décisions ! Et encore moins en temps de conflit !

L’Immuable se mit à marcher à grands pas dans la pièce, laissant cours à sa frustration.

– Qu’ai-je donc fait pour mériter une telle poisse ? Personne ne me croit capable de gérer cette guerre ! Moi-même encore moins que les autres ! Ah, si je tenais mon jumeau entre mes mains…

– Immuable…, commença Altrïos.

Il n’eut pas le temps de finir. Furieux, Xélion fit volte-face.

– C’était lui le vrai Immuable, pas moi ! C’était lui, l’aîné ! Lui qui était fait pour ce rôle ! Comment a-t-il pu disparaître ainsi ? Comment a-t-il pu me faire ça ?

Xélion n’avait plus rien du jeune homme posé qui avait accueilli Altrïos à son arrivée. Même après tant d’années, il ne pouvait évoquer la disparition de son frère sans un ressentiment teinté d’angoisse.

La nuit où l’Arkhaz avait été assassiné, son jumeau était parti. Comme ça. Sans prévenir. Lui qui avait jusqu’alors été un Immuable en tout point remarquable avait abandonné son poste au moment où l’on avait le plus besoin de lui. Xélion se souviendrait toujours de ce qu’il avait ressenti ce soir-là. Alors qu’il buvait tranquillement dans une taverne, il avait soudain eu l’impression de tomber d’une falaise. La sensation avait duré quelques secondes, alors même qu’un ordre retentissait dans sa tête. « Prends ma place. » C’était la voix de son frère. Il avait alors compris que quelque chose de grave était arrivé, que son jumeau vivait un bouleversement terrible. Heureusement, cela n’avait pas duré. Son inquiétude était retombée. Son frère était vivant. Quelque part. Mais il ne l’avait plus jamais revu.

Altrïos laissa Xélion reprendre son calme. Puis il glissa :

– Il faut être patient. Un enfant portant le signe des Khaz finira bien par naître. Alors tout sera plus facile. Il grandira et deviendra notre nouvel Arkhaz.

Xélion haussa les épaules. Depuis cette nuit fatidique, aucun enfant aux yeux vairons n’avait été repéré. Dix ans que le signe des Khaz ne s’était manifesté. Jamais il n’avait autant tardé. Dans le passé, quand un Arkhaz mourait sans descendance, un enfant ayant des yeux de couleur différente naissait dans l’année.

– Je ne tiendrai jamais…

Retrouvant sans s’en rendre compte le tutoiement de leur jeunesse, Altrïos dit doucement :

– Tu n’as pas le choix, Xélion, nul autre mieux que toi ne peut occuper le rôle de dirigeant de Roslend.

L’Immuable frissonna en entendant ce prénom. On l’utilisait désormais si rarement ! Il était une époque où il rimait avec « bon compagnon », « fanfaron » et « gueuleton ». De tavernes en foires et de foires en banquets, celui qui le portait écumait les terres de Roslend avec une bande de joyeux drilles. Altrïos avait été le plus fidèle d’entre eux. Toujours le premier à lever le pichet, jamais le dernier à courir jupon ! Il avait partagé avec Xélion ces années de légèreté riches de galantes rencontres. Mais cette ère était définitivement révolue. Les événements les avaient forcés à endosser des rôles qu’ils n’avaient jamais désirés.

Xélion rejeta ces pensées qui le déprimaient. Retrouvant son air sarcastique, il lança :

– Tu n’es vraiment pas drôle, Altrïos ! C’est toi qui devrais être à ma place : tu t’es parfaitement adapté à ton très sérieux et très ennuyeux rôle.

L’espion se redressa et reprit l’attitude pleine de déférence qu’il avait un temps abandonnée.

– L’Immuable sait bien que je n’ai pas hérité de la distinction essentielle. Contrairement à Lui, je ne suis pas épargné par le temps et chaque année qui s’écoule creuse une nouvelle ride sur mon visage. Mais il est vrai aussi que je ne suis pas drôle. Ma dernière mission en terre de Nelbri m’en a ôté l’envie.

Un frémissement parcourut Xélion. Il avait parfaitement compris le reproche que son compagnon lui avait adressé en réinstaurant la distance protocolaire entre eux.

Saisissant les deux pans de sa tunique, l’Immuable retrouva la posture digne que l’on attendait de lui. Un sourire moqueur flottait cependant sur ses lèvres quand il déclara :

– Va donc te décrotter à la cascade avant de te rendre aux thermes : tu es si sale que tu effraierais une baignoire !

Sport gaélique qui se joue avec une crosse en bois et une balle en cuir.

Quand une demi-finale de hurling se termine par un match nul, on organise un « replay » en fin d’après-midi la semaine suivante pour départager les deux équipes.

bottom of page